Adam Bouhadma, un jeune citoyen engagé dès un âge précoce, il est passionné par la dynamique associative et en particulier les initiatives de la démocratie participative dans la région Souss-Massa.

 

Convaincu de la nécessité et de l’utilité de l’implication des citoyens pour relever les défis du développement et de vie en commun, Adam Bouhadma trentaine citoyen actif et exemplaire est attiré par la politique et intéressé par les affaires publiques.  

Adam cherche des solutions créatives à des problématiques politiques, socio-économiques collectives et innove une démarche de démocratie participative. Il décide alors de prendre les devants dans sa ville d’Agadir et s’organise pour agir. 

Et c’est ainsi que dans le cadre du Programme Moucharaka Mouwatina qu’Adam a lancé « Souss – Pétitions », un projet citoyen pertinent en bénéficiant de l’appui financier de l’Union européen.

 

Le parcours du jeune Adam Bouhadma est particulièrement riche en formations et en participations visant à renforcer et à qualifier les capacités de plaidoirie des associations, en 2013 et en 2016 Adam a participé à deux reprises à Hammat en Tunisie à la Conférence du British Council axée sur « la Participation Citoyenne »

 

Ce diplômé de l’ENSA de l’Université Ibn Zohr à Agadir est aussi lauréat du programme « American Professional Fellowship » sur le thème de l’engagement civique en accompagnant un jeune maire américain sur le terrain politique et voir comment s’impliquent les citoyens et les ONG dans la gestion des affaires publiques d’une petite ville d’une manière civique engagée moyennant une démocratie participative active et partagée. 

 

Et pour mettre en application son apprentissage Adam joint l’utile de l’action à l’agréable de la passion en tant que coordinateur local de « Clarté, Ambition, Courage – Agadir » en initiant deux projets importants:

 

Le premier projet est celui de l’instauration d’une instance consultative :

  • Le « Conseil Parallèle d’Agadir » une tribune de débat et de propositions des jeunes et des femmes de la ville et de l’agglomération. Ce Conseil a favorisé l’initiation de 65 citoyens et citoyennes à la gestion des affaires publiques et la connaissance élémentaire des mécanismes de la gouvernance municipale.

Le deuxième projet est celui de formation aux techniques audiovisuelles :

  • « Agadir MediaLab » qui grâce à un soutien financier de l’Union européenne, procure des formations sur an pour 34 jeunes pour apprendre les techniques rédactionnelles et audiovisuelles de création des contenus spécifiques pour les jeunes. Le succès de ce projet et tel qu’il a été prolongé de trois mois, et Adam de ce franc succès de l’initiative de « Agadir MediaLab » et tout naturellement fier. Et pour cause une plateforme audiovisuelle une sorte de Web Tv appelée « Oufella Tv » est en cours d’être lancée.

Selon Adam les problèmes quotidiens des marocains ne résultent pas des carences de moyens ou de gouvernance mais s’explique aussi par le manque d’implication des citoyens eux-mêmes pour assumer de manière responsable et positive leur citoyenneté et améliorer par leurs propres initiatives leur conditions de vie et améliorer leur qualité.

Et à ce sujet Adam précise que   “C’est encore plus vrai à l’échelle locale où nous avons des problèmes liés au quotidien, le transport, la culture, le sport, le tout englobé dans le concept de « qualité de vie » peuvent être mieux gérés si on ne laisse pas tout le pouvoir aux élus et à l’administration. Les citoyens et citoyennes éveillés doivent créer un équilibre et proposer des alternatives”.

 

La thématique de la participation citoyenne est le corollaire démocratique de l’engagement politique ; ils ne s’opposent pas mais se complètent puisque un citoyen averti a une responsabilité partagée qui éclaire, oriente et complète l’action de la femme ou de l’homme politique engagé. 

En effet, une démocratie sans la consultation et l’implication de la société civile par les dispositifs de plaidoirie et des pétitions ne saurait matérialiser concrètement le sens, l’essence et les conséquences de la participation démocratique à la mise en œuvre des priorités, la motivation des choix et la justification des décisions.

“Si je peux donner un conseil, c’est que le travail associatif sur la thématique de la participation citoyenne ne doit pas se faire contre les institutions élues mais plutôt avec elles; sans pour autant que l’associatif soit aux services d’intérêts politiques. Il faut trouver un juste milieu dans le respect de la loi”.

Adam a du répondant et nourri des ambitions avec son projet de « Souss- Pétitions » pour former 100 actrices et acteurs de la société civile dans la région Souss-Massa à la gestion communale, aux mécanismes de la démocratie participative, à l’art oratoire des plaidoiries revendicatives et au dépôt de pétition. Et cette ambition une fois concrétisée aboutirait à l’innovation d’une plateforme numérique interactive pour le dépôt des pétitions et assurer la traçabilité de leur cheminement et exhorter les responsables en temps réel à leur prise en considération pour réagir favorablement aux propositions et aux réclamations.